Accueil Les autorités mauritaniennes sévissent encore contre la direction d’IRA-Mauritanie (Communiqué de presse)   -    Les autorités mauritaniennes versent dans la provocation et la violence gratuite   -    Conférence du président d’IRA-MAURITANIE, BIRAM DAH ABEID à Paris.   -    « Il n’y a pas d’effervescence islamiste en Mauritanie »   -    Gambie : Yahya Jammeh reste sourd aux pressions internationales   -   
Recherche
Biram plaide pour un apaisement de la scène politique

Le président de IRA Mauritanie Biram Dah Abeïd a réitéré sa main tendue au régime, dans le cadre d’un processus de dialogue sérieux. S’exprimant ce vendredi 20 janvier, lors d’une visite de courtoisie à l’Ordre National des Avocats, le leader abolitionniste a aussi accédé à une requête d’un des avocats qui l’avait sollicité dans l’intérêt supérieur de la nation de participer à un « apaisement de la situation ». « J’accède favorablement à cette sollicitation, de manière à apaiser la scène politique. Mon message est de paix, de concorde permettant une sortie de crise. Nous devrons dépasser la confrontation verbale et s’asseoir autour d’une table des négociations. Le barreau est à même de diriger ou modérer ce rapprochement », a indiqué Biram.
L’ancien candidat à la présidentielle de juin 2014 a salué les déclarations de l’UFP, de Tawassoul et du FNDU et insisté sur la « nécessité d’un dialogue national », soulignant que IRA a démontré sa capacité à participer à cet apaisement.
Biram a aussi loué le travail mené par le pool des avocats lors des procès de Rosso, Nouakchott et Zouérate dans la défense des militants et cadres abolitionnistes. « Les avocats ont toujours répondu présents en défendant les prisonniers d’opinion en s’acquittant bénévolement de leur rôle dans des conditions très difficiles. Ils ont démontré la primauté de la loi. Le mérite revient au barreau mauritanien qui reste attaché indéfectiblement à la défense des prisonniers abstraction faite de leurs opinions politiques, de la couleur de leur peau ou de leurs origines sociales ».
Commentant le jugement rendu par la cour d’appel de Zouérate, Biram a salué l’indépendance des magistrats qui rendent des décisions suivant leurs consciences professionnelles. C’est dans ce cadre que des sentences de 15 ans ont été réduites à 2 ans voire six ou quatre mois. Il n’y a pas eu de jugement sur commande lorsque la Cour suprême avait décidé en mai dernier d’ordonner la libération de Biram et de Brahim Bilal Ramdhane. « On n’a pas le droit de mettre du sable dans le plat, ou de jeter de l’opprobre aux magistrats », a admis Biram.
Certains des anciens détenus, Me Mohamed Ould Dadi, Abdallahi Abou Diop Hamady Ould Lehbouss et Khattri Ould Rahel ont remercié le pool des avocats pour le travail accompli et l’esprit de sacrifice dont ils ont fait preuve durant le procès devant la cour criminelle à Nouakchott et celui en appel à Zouérate. L’engagement et la détermination des avocats ont été mis en exergue par le sénateur de M’Bout Youssouf Sylla.
Le bâtonnier de l’Ordre National des Avocats, Me Cheikh Ould Hindi a remercié le leader de IRA pour avoir réservé sa première visite à l’ONA non sans réaffirmer les principes qui guident la profession.

 



La voix des sans Voix

| Info | Radio | Contacts
Bawosophma
Actualités
Maurinfos
Politique
Economie
Sports
International
Suivez-nous sur
Les réseaux sociaux

Copyright © BAWOSOPHMA 2016-2017
- Tous Droits Reservés -